facebook
Nous fêtons le 10ème anniversaire de travail de Sandy

Nous fêtons le 10ème anniversaire de travail de Sandy

Félicitations à notre Coopler Sandy pour son 10ème anniversaire de travail chez Coople. Nous ne pourrions pas être plus fiers de fêter le 10ème anniversaire de travail de nos Cooplers! Pour cette occasion, nous avons parlé avec Sandy de ses moments les plus importants chez Coople et de la façon dont elle a pu évoluer grâce à Coople.


Nous vous présentons: Sandy

Depuis son inscription chez Coople en 2011 (à l’époque Staff Finder), Sandy a travaillé dans de nombreux secteurs et différents métiers. Elle a par exemple travaillé dans la vente, la promotion, la logistique et la restauration. Grâce à ces expériences variées, Sandy a appris à être ouverte à de nouvelles expériences et à relever régulièrement de nouveaux défis. Sandra est aujourd’hui est favorite de 27 entreprises et travaille encore régulièrement avec Coople.

Pourquoi vous êtes-vous inscrite chez Coople?

«Avant de m’inscrire chez Coople, j’ai effectué différentes missions dans la promotion. Lorsque je me suis rendue au salon de la restauration, j’ai pris contact avec Staff Finder, je m’y suis inscrite et j’ai tout de suite testé. De tels services en ligne étaient nouveaux à l’époque et cela m’a beaucoup plu.»


Quelle était votre première mission chez Coople?

«Honnêtement, je ne suis plus sûre, mais je pense que c’était une mission pour une promotion de parfum.»

«On rencontre beaucoup de gens différents et on a la possibilité de faire plein de jobs intéressants.» 

Quelles nouvelles expériences professionnelles et connaissances avez-vous acquises grâce à Coople?

«On rencontre beaucoup de gens différents et on a la possibilité de faire plein de jobs intéressants. En outre, j’ai appris à devenir plus ouverte à de nouvelles situations et à relever de nouveaux défis.»

Quels sont actuellement vos objectifs personnels ou professionnels?

«Je souhaite avoir le niveau d’expérience «avec formation» pour les profils d’emploi du secteur de la restauration, afin de travailler pour des événements intéressants.»

Quel conseil donneriez-vous aux nouveaux Cooplers qui viennent de s’inscrire?

«Ne pas abandonner, même si on reçoit plusieurs réponses négatives au début. Il faut toujours postuler et ne pas lâcher prise. Ajouter un bon CV à son profil est également très important.»

Quel est votre souvenir préféré lors des dix dernières années passées avec Coople?

«Sans aucun doute la mission à l’hôtel Bürgenstock, où j’étais déguisée en œuf de Pâques et où j’ai distribué des chocolats Lindt. Ensuite, j’ai même pu prendre autant de chocolat que je voulais dans la boutique de Lindt – c’était une expérience géniale. Ou lorsque j’ai pu distribuer des bonbons lors du Slowup, où il faisait un temps magnifique.»

Coopler Sandra B. lors d'une mission
Nous fêtons le 10ème anniversaire de travail de Bettina

Nous fêtons le 10ème anniversaire de travail de Bettina

Nous ne pourrions pas être plus fiers de fêter le 10ème anniversaire de travail de nos Cooplers! Nous avons parlé avec eux afin d’en savoir plus sur leurs expériences avec le travail flexible via Coople et pour vous donner leurs conseils.

Nous vous présentons: Bettina

Bettina s’est inscrite comme employée flexible en 2011, lorsque Coople s’appelait encore Staff Finder. Au début, elle acceptait surtout des missions dans la promotion. Depuis, Bettina a testé de nombreux métiers et secteurs différents: elle a par exemple vendu des vêtements dans le commerce de détail, travaillé dans des restaurants et des bars et a même déjà fait une mission dans la garde d’enfants. Aujourd’hui, Bettina est favorite de 13 entreprises et effectue régulièrement des missions via Coople.

Coopler Bettina lors d'une mission dans la promotion

« Je voulais avoir plus de liberté pour décider moi-même du type de travail que je voulais faire. « 

Pourquoi vous êtes-vous inscrite chez Coople?

«A l’époque, Coople s’appelait encore Staff Finder. Je voulais avoir plus de liberté pour décider moi-même du type de travail que je voulais faire. C’est ce que j’ai trouvé chez Coople. J’ai eu de nombreuses possibilités de découvrir différents métiers que je n’avais pas appris et pour lesquels je n’avais aucune expérience professionnelle. Cela m’a beaucoup intéressé et m’a permis de progresser dans ma vie professionnelle. La première fois que j’ai entendu parler de Coople, c’était probablement par Patchwork Promotion. Ils travaillaient déjà à l’époque avec Staff Finder et la responsable, qui est une de mes collègues, connaît personnellement Viktor.»

Quelles nouvelles expériences professionnelles et connaissances avez-vous acquises grâce à Coople?

«J’ai pu faire l’expérience de travailler avec des enfants. Cela m’a tellement intéressée que j’ai continué à me former dans ce domaine. Un peu plus tard, j’ai décroché, en dehors de Coople, un emploi de gardienne chez des personnes célèbres. J’étais employée trois jours par semaine par cette famille à chaque fois que les parents devaient partir à l’étranger. Mes références des emplois Coople m’ont aidé à obtenir ce poste, car en plus de ma formation continue, j’avais déjà de l’expérience professionnelle.»


Quels sont actuellement vos objectifs personnels ou professionnels?

«Actuellement, je vis en partie en Suisse et en partie en Tunisie et les emplois Coople m’aident à financer mes nombreux voyages. Lorsque je suis en Tunisie, je planifie toujours à l’avance à quel moment je souhaite travailler lorsque je serai de retour en Suisse. Cela se fait sans problème avec l’application Coople Jobs. Je peux postuler de partout et ainsi planifier mon séjour de manière idéale. Mon objectif professionnel et personnel est avant tout d’apprendre l’anglais afin de pouvoir mieux communiquer en Tunisie et dans la vie professionnelle, cela me sera certainement utile.»


Quel conseil donneriez-vous aux nouveaux Cooplers qui viennent de s’inscrire?

«C’est drôle, parce que j’ai eu une mission l’autre jour, où nous avons vérifié des certificats Covid, et il y avait environ 4 ou 5 étudiants qui venaient de s’inscrire et qui ne savaient pas exactement comment Coople fonctionnait. Pendant la pause, j’ai pris le temps de leur donner les conseils suivants: ajoutez immédiatement 10 profils d’emploi et téléchargez votre CV. Vous devez également vous connecter régulièrement à l’application Coople Jobs et refuser les emplois qui ne vous conviennent pas. Ils pensaient que s’ils refusaient des emplois, ils ne recevraient plus de demandes. En général, je dirais que les jeunes générations ont tendance à abandonner trop vite et devraient essayer plus longtemps.»


Quel est votre message pour les entreprises ?

«Ce serait bien que les responsables sur place soient toujours informés de l’arrivée des Cooplers. Parfois, je suis au lieu de rencontre et personne ne sait que je viens travailler. Cela ne donne pas une bonne impression. Ce n’est que parce que j’ai déjà beaucoup d’expérience que je sais ce que je dois faire dans de telles situations et comment je peux me renseigner pour finalement arriver là où je dois travailler. Mais cela peut être très déstabilisant pour de nouveaux Cooplers.

Je trouve aussi le code QR pour le check-in et le check-out très cool, mais malheureusement il y a beaucoup d’entreprises qui ne l’utilisent pas encore ou pas correctement.

Mais il est toujours agréable de ressentir une grande reconnaissance, car les entreprises n’ont eux-mêmes pas le temps de s’occuper des tâches des Cooplers. Les employés et les responsables sur place sont très reconnaissants, cela donne un bon sentiment. J’apprécie aussi le fait que je puisse la plupart du temps décider de la manière dont je fais mon travail.»


Quel est votre souvenir préféré lors des dix dernières années passées avec Coople?

«Il y en a plusieurs. Mais la mission la plus impressionnante a probablement été de pouvoir travailler au bar de l’Open Air de Gampel. C’était incroyable la quantité de bière que nous avons servi. L’ambiance, la musique et les visiteurs étaient tout simplement géniaux et c’était extrêmement cool de pouvoir faire partie d’un tel événement. Il y avait environ 10 000 à 12 000 personnes sur place! A part ça, j’aime toujours beaucoup les missions dans la promotion.»

Lutte contre la pénurie de personnel dans le secteur de la restauration grâce à une formation continue en restauration

Lutte contre la pénurie de personnel dans le secteur de la restauration grâce à une formation continue en restauration

Le secteur de la restauration recherche désespérément du personnel, surtout depuis la fin de la crise sanitaire. Un grand nombre du personnel s’est réorienté et a trouvé entre-temps un emploi dans d’autres branches. Pour remédier à ce problème, Coople a mis en place, en collaboration avec GastroSuisse, une formation pour les personnes qui souhaitent changer de métier. L’objectif est d’aider les restaurateurs à trouver davantage de professionnel·les pour faire face à la pénurie de personnel qualifié.

«Recherche urgente de serveurs/serveuses». On rencontre ce type d’annonce dans toute la Suisse. GastroSuisse estime que, pendant la pandémie, environ 30 000 serveurs et serveuses ont quitté leur emploi et ne sont pas retournés à leur poste. Les entreprises sont désemparées. Dans la perspective des fêtes de fin d’année et en l’absence de personnel suffisant, les restaurateurs n’ont d’autre choix que de travailler plus, d’adapter leurs horaires d’ouverture ou de proposer moins de tables et des cartes plus restreintes.Ils perdent ainsi l’activité dont ils pourraient grandement bénéficier après deux ans de pandémie.

Coople et GastroSuisse s’unissent

Coople tente de remédier à cette situation en attirant des employé·e·s flexibles vers le travail dans la restauration. En collaboration avec GastroSuisse, une formation de base de deux jours sur le thème du «service» a été mise en place. Lors de cette formation continue en restauration, les personnes intéressées peuvent acquérir de nouvelles connaissances et mettre à jour leurs connaissances. «Nous voulons encourager nos employé·e·s à faire un premier pas, découvrir la restauration et acquérir des connaissances de base. Il est clair que tout ne peut pas être appris en deux jours, mais des connaissances de base et donc un bon niveau de qualité sont garantis» explique David Bernet, chef de projet formation continue chez Coople.

Ces formations en restauration sont une petite contribution dans la lutte contre la pénurie de personnel qualifié et au développement professionnel des Cooplers intéressés, une main-d’œuvre flexible qui travaille via la plateforme numérique Coople. Les participants de cette formation professionnelle sont des personnes qui n’ont pas encore travaillé dans la restauration ou qui souhaitent mettre à jour et consolider leurs connaissances.

Les participants du cours reçoivent une introduction aux thèmes suivants : «Service et personnalité de l’hôte», «Préparation et art de table», «Prise en charge des clients de A à Z», «Service de banquet», «Règles de service» et «Prise de commande». Après avoir complété la formation avec succès, chaque participant·e reçoit un certificat officiel de GastroSuisse.

Des participant·e·s aux motivations diverses pour une formation continue en restauration

La première formation de base, qui s’est déroulée du 26 au 27 septembre 2022 à l’école hôtelière de Zurich, a attiré des personnes aux motivations diverses et variées.

Par exemple, Estefanus H., 40 ans, travaille déjà à temps partiel dans un restaurant à Zurich et a déjà effectué 60 missions via Coople. Mais il souhaite apprendre quelque chose de nouveau, élargir ses connaissances et avoir entre les mains un certificat officiel et concret.

Il espère obtenir encore plus de missions grâce à ce dispositif car «en Suisse, les certificats et les diplômes sont très importants et aident à avoir de meilleures chances professionnelles».

Image de Estefanus H.
Jolanda D., 58 ans, et Denise E., 34 ans, ont toutes les deux plusieurs années d’expérience dans la restauration. Elles connaissent le secteur depuis leur plus jeune âge, mais se réjouissent de pouvoir approfondir, encore une fois lors de cette formation, les bases qu’elles ont apprises intuitivement et de combler leurs lacunes. En suivant cette formation, elles ont une preuve de leur expérience et peuvent ainsi améliorer considérablement leurs chances professionnelles.
«Je me suis intéressée au service du vin, par exemple de quel côté il faut le servir. C’est toujours bien de se sentir plus à l’aise lors d’un banquet et de savoir ce qui est important», explique Denise E.

Bild von Denise E.
Jolanda D., en revanche, estime : «Comme je l’ai dit, j’ai déjà travaillé de nombreuses années dans la restauration. Mais il me manque certaines bases dans le service à la carte et le service de banquet. Jusqu’à présent, j’ai simplement effectué les tâches comme on me l’a montré.»

Bild von Denise E.
Beata N., 61 ans, voulait le «savoir une bonne fois pour toutes». Grâceà la formation, elle a l’occasion de poser des questions importantes : «Est-ce que cela fonctionne vraiment comme on me l’a dit un jour ou est-ce qu’on l’enseigne officiellement de façon différente? Je pense qu’il est encore important d’avoir déjà une certaine expérience».

Bild von Beata N.

L’ensemble des participant·e·s à la formation en restauration interrogé·e·s ont un point commun: ils/elles ne connaissaient pas les offres de formation continue dans la branche avant ce cours et aucun d’entre eux ne l’aurait suivi s’il n’avait pas été subventionné.

Une réponse de Beata N. montre que les formations continues de ce type ne sont pas seulement utiles pour réintégrer les seniors sur le marché du travail et lutter activement contre la pénurie de main-d’œuvre qualifiée, mais aussi pour renforcer l’estime de soi: «Je vais devoir continuer à travailler même après la retraite. […] En fait, je suis déjà totalement radiée du marché du travail à plus de 60 ans. C’est pourquoi je suis toujours contente quand je peux intervenir quelque part. Mais cela ne sert évidemment pas à grand-chose pour les entreprises si une personne comme moi, qui n’a aucune formation, se présente ». Pourquoi suit-elle cette formation? « J’ai vu l’offre chez Coople et je me suis dit que c’était exactement ce dont j’avais besoin. […] Je suis très reconnaissante de cette opportunité».

Pour l’instant, 4 formations continue en restauration sont disponibles entre septembre et novembre pouvant accueillir 100 personnes. En fonction de l’intérêt et du succès de ce dispositif, d’autres formations continues en restauration seront proposées.

L’intérêt pour les offres de formation continue a également été démontré par un sondage réalisé par Coople en juin 2022, auprès de plus de 4000 employé·e·s. Il en ressort que la grande majorité des personnes interrogées s’intéressent à la formation continue. Voici les informations détaillées sur les résultats de l’enquête.

Les employés temporaires sont intéressés par des formations continues

Les employés temporaires sont intéressés par des formations continues

Une formation continue dans le cadre professionnel est un aspect essentiel pour améliorer ses perspectives professionnelles, acquérir de nouvelles qualifications et évoluer dans un environnement professionnel. Les possibilités de formation continue offrent non seulement des possibilités attrayantes pour les employés, mais s’avèrent également être un outil utile pour les employeurs afin de garantir la stabilité de l’entreprise et l’attractivité de l’emploi.

En juin 2022, une enquête interne menée auprès de plus de 4000 employés de la plateforme digitale Coople, ayant travaillé au moins une fois depuis le 1er janvier 2022, a permis de déterminer l’intérêt général pour une formation continue ainsi que d’autres informations spécifiques du secteur. L’âge moyen des participants de l’enquête est de 36 ans, dont 59% sont des femmes et 41% des hommes. L’enquête a été menée en trois langues (allemand, français et anglais) et les résultats montrent clairement les besoins, les tendances et les actions nécessaires.

Une grande majorité des personnes interrogées s’intéresse aux formations continues

Parmi les 4000 utilisateurs de la plateforme Coople interrogés, 94,3 % se sont montrés intéressés par une formation continue. Les quelques pour cent qui n’ont pas manifesté d’intérêt pour une formation continue ont le plus souvent mentionné une formation continue déjà suivie (26,8 %) ainsi que le manque de temps (22,8 %) et de possibilités financières (21,4 %) comme raison.

Image qui illustre l'intérêt pour une formation continue

Les différentes motivations pour une formation professionnelle continue

En ce qui concerne la motivation individuelle pour une formation professionnelle continue, on peut notamment mettre en avant un salaire plus élevé (16,9%), un éventuel élargissement des perspectives professionnelles (16,2%) et une compétence professionnelle plus approfondie (16,2%). D’autres aspects stratégiques et privés ont également été mentionnés: de meilleures chances d’obtenir une promotion ou un emploi fixe, l’aspect du lifelong learning et l’élargissement du réseau personnel.

Image qui illustre les raisons pour une formation continue

Les formations commerciales et linguistiques sont les plus demandées parmi les Cooplers

Le choix de formations professionnelles continues, qu’elles soient interprofessionnelles ou intraprofessionnelles, est un secteur où l’offre est souvent surprenante. Parmi les personnes interrogées, des tendances se sont néanmoins rapidement manifestées. Ainsi, un quart des personnes interrogées ont exprimé le souhait de suivre des formations continues dans le domaine commercial, suivies de près par les formations linguistiques avec un peu plus de 20%. Les secteurs de la santé ainsi que de la logistique ont également été mentionnés à de nombreuses reprises. Un focus particulier de l’enquête sur l’hôtellerie et la restauration a permis d’obtenir des informations intéressantes spécifiques sur ce secteur. Ainsi, les employés de cette branche souhaitent en particulier des formations continues dans le domaine de la « vente et de l’accompagnement des clients », des « connaissances en matière de vin », des « exercices pratiques » (p. ex. porter 3 assiettes, servir des boissons, etc.), des « tâches de préparation » ainsi que des « connaissances de base dans le service ».

Domaines intéressants pour une formation continue

La durée de la formation continue est un aspect central – le timing l’est moins

En ce qui concerne la durée de la formation continue, il existe des préférences claires qui ne pourraient pas être plus différentes. Près d’un quart des personnes interrogées souhaitent une formation continue approfondie d’une durée supérieure à trois mois, afin de pouvoir étudier pleinement un sujet. En revanche, 28,1 % souhaitent une formation continue d’une durée de quelques heures à un jour maximum. Les employés souhaitent soit une approche intensive dans certains thèmes, soit un élargissement rapide de leurs propres capacités afin de pouvoir mettre en pratique le plus rapidement possible ce qu’ils ont appris. L’heure et le jour de la semaine de la formation continue sont ici d’une importance plutôt secondaire – notamment parce que les personnes interrogées argumentent en se basant sur un emploi flexible et que le temps nécessaire peut être réparti selon leur emploi du temps.

« Nos Cooplers sont soumis à la convention collective de travail (CCT) pour le travail temporaire et peuvent ainsi bénéficier d’un budget de formation continue de “temptraining”. Ce que beaucoup ne savent pas, c’est que en tant que travailleur temporaire, il est possible de recevoir jusqu’à CHF 5’000 de budget après avoir effectué un minimum de 88 heures. Cet avantage permet aux employés temporaires d’élargir en permanence leurs compétences et connaissances professionnelles et d’évoluer dans leur carrière », explique Sabina Neuhaus, Responsable de la Communication du Groupe.

Voici plus d’informations sur temptraining.

Coople reçoit à nouveau le label de qualité de swissstaffing

Coople reçoit à nouveau le label de qualité de swissstaffing

L’association des services de l’emploi swissstaffing a renouvelé pour la 4ème fois la certification de Coople avec le label de qualité. Le label swissstaffing est le garant d’un travail de qualité sur le plan éthique et du respect de standards professionnels de haut niveau dans la branche. Il fait l’objet d’une réévaluation tous les trois ans. L’audit est réalisé par l’Association Suisse pour Systèmes de Qualité et de Management (SQS).


La réussite de l’audit de recertification est la condition pour rester membre de swissstafffing et est reconnue au niveau national par le certificat SQS. Les sujets suivants ont été examinés:

  • Documents, réglementations et protection des données
  • Location de services – travail temporaire
  • Sécurité au travail, absences
  • Direction

  • Coople, en tant qu’agence de recrutement digitale et transparente, poursuit depuis 2009 l’objectif d’offrir une plateforme qui permet de mener une vie meilleure: pour les personnes qui ont réalisé que le monde du travail s’est transformé en un monde orienté vers la vie privée. Pour les entreprises qui ont besoin d’employés flexibles aux heures de forte affluence, et pour les grandes entreprises dont la stratégie d’entreprise inclut depuis longtemps l’intégration d’une main-d’œuvre flexible.

    Yves Schneuwly: « Le fait de réussir une nouvelle fois l’audit de recertification nous montre surtout une chose: même après 13 ans, nos efforts de travailler conformément aux normes de qualité les plus élevées n’ont pas faibli – malgré ou justement à cause de la croissance rapide de ces dernières années. Nos partenaires, la branche, nos employés et surtout nos Cooplers en profitent ».

    Vous trouverez ici plus d’informations sur le label de qualité et les normes de qualité peuvent être téléchargées en cliquant sur le lien suivant.

    Concours photo pour Cooplers

    Concours photo pour Cooplers

    Nous avons récemment lancé un concours photo pour mettre en vedette le talent et travail exceptionnel de nos Cooplers. Vous avez manqué le début du concours? Pas de panique, il vous reste encore du temps pour participer. Vous aurez peut-être la chance de gagner CHF 100.- et de figurer sur Coople!

    Pour savoir comment participer et pourquoi nous organisons ce concours, lisez la suite.

    Nous voulons vous voir en train de travailler

    Depuis quelques mois, les choses ont un peu changées. Nous ne publions maintenant que des photos en noir et blanc et le rose Coople n’est désormais utilisé qu’en tant que couleur secondaire. Notre nouvelle identité de marque a été pensée pour mieux mettre en avant le professionnalisme de nos travailleurs flexibles, ainsi que leurs compétences, talents et profond engagement. Pour accompagner ce changement et être plus authentique, nous souhaitons utiliser de véritables photos de nos Cooplers.

    Du 8 octobre au 1er novembre, envoyez-nous des photos de vous au travail. Un vote du public déterminera les trois photos gagnantes. Les Cooplers qui auront recueillis le plus grand nombre de votes recevront chacun CHF 100.-!

    Ce qui nous intéresse

    Nous voulons souligner le professionnalisme, l’ambition et la flexibilité de nos Cooplers. Voilà pourquoi nous souhaitons voir des photos qui mettent en valeur vos compétences. Donc, pas de selfies, pas d’images floues et aucune photo de vos hobbys.

    Vous êtes timide? N’hésitez pas à participer. Nous voulons vous voir en train de travailler. Nous nous concentrerons alors entièrement sur votre activité professionnelle. Pas besoin de mettre votre visage en avant. Il suffit juste de montrer votre dévouement et passion. Mettez donc en valeur vos compétences!

    Pour en savoir plus sur le type de photos nous intéresse, cliquez ici. Vous y trouverez des infos sur les conditions du concours ainsi que des conseils et astuces pour prendre les meilleures photos.

    Comment participer

    Pour prendre part à notre concours photo pour Cooplers, rien de plus simple. Cliquez sur ce lien ou sur le bouton ci-dessous, puis remplissez le formulaire et téléchargez votre photo. (Faites bien en sorte de cliquer sur Entrer pour finaliser votre participation!) Vous pouvez nous envoyer autant de photos que vous voulez. Cela augmente même vos chances de gagner.

    Coople examinera toutes les photos soumises. Une fois ce tri préliminaire effectué, vos photos seront publiées dans la galerie et soumises à un vote du public. Vous ne pouvez voter qu’une fois par jour mais pouvez bien sûr inviter vos amis et votre famille à voter.

    Bonne chance! Nous avons hâte de voir vos photos.