facebook

Trouver du travail

Nous ne pourrions pas être plus fiers de fêter le 10ème anniversaire de travail de nos Cooplers! Nous avons parlé avec eux afin d’en savoir plus sur leurs expériences avec le travail flexible via Coople et pour vous donner leurs conseils.

Nous vous présentons: Bettina

Bettina s’est inscrite comme employée flexible en 2011, lorsque Coople s’appelait encore Staff Finder. Au début, elle acceptait surtout des missions dans la promotion. Depuis, Bettina a testé de nombreux métiers et secteurs différents: elle a par exemple vendu des vêtements dans le commerce de détail, travaillé dans des restaurants et des bars et a même déjà fait une mission dans la garde d’enfants. Aujourd’hui, Bettina est favorite de 13 entreprises et effectue régulièrement des missions via Coople.

Coopler Bettina lors d'une mission dans la promotion

« Je voulais avoir plus de liberté pour décider moi-même du type de travail que je voulais faire. « 

Pourquoi vous êtes-vous inscrite chez Coople?

«A l’époque, Coople s’appelait encore Staff Finder. Je voulais avoir plus de liberté pour décider moi-même du type de travail que je voulais faire. C’est ce que j’ai trouvé chez Coople. J’ai eu de nombreuses possibilités de découvrir différents métiers que je n’avais pas appris et pour lesquels je n’avais aucune expérience professionnelle. Cela m’a beaucoup intéressé et m’a permis de progresser dans ma vie professionnelle. La première fois que j’ai entendu parler de Coople, c’était probablement par Patchwork Promotion. Ils travaillaient déjà à l’époque avec Staff Finder et la responsable, qui est une de mes collègues, connaît personnellement Viktor.»

Quelles nouvelles expériences professionnelles et connaissances avez-vous acquises grâce à Coople?

«J’ai pu faire l’expérience de travailler avec des enfants. Cela m’a tellement intéressée que j’ai continué à me former dans ce domaine. Un peu plus tard, j’ai décroché, en dehors de Coople, un emploi de gardienne chez des personnes célèbres. J’étais employée trois jours par semaine par cette famille à chaque fois que les parents devaient partir à l’étranger. Mes références des emplois Coople m’ont aidé à obtenir ce poste, car en plus de ma formation continue, j’avais déjà de l’expérience professionnelle.»


Quels sont actuellement vos objectifs personnels ou professionnels?

«Actuellement, je vis en partie en Suisse et en partie en Tunisie et les emplois Coople m’aident à financer mes nombreux voyages. Lorsque je suis en Tunisie, je planifie toujours à l’avance à quel moment je souhaite travailler lorsque je serai de retour en Suisse. Cela se fait sans problème avec l’application Coople Jobs. Je peux postuler de partout et ainsi planifier mon séjour de manière idéale. Mon objectif professionnel et personnel est avant tout d’apprendre l’anglais afin de pouvoir mieux communiquer en Tunisie et dans la vie professionnelle, cela me sera certainement utile.»


Quel conseil donneriez-vous aux nouveaux Cooplers qui viennent de s’inscrire?

«C’est drôle, parce que j’ai eu une mission l’autre jour, où nous avons vérifié des certificats Covid, et il y avait environ 4 ou 5 étudiants qui venaient de s’inscrire et qui ne savaient pas exactement comment Coople fonctionnait. Pendant la pause, j’ai pris le temps de leur donner les conseils suivants: ajoutez immédiatement 10 profils d’emploi et téléchargez votre CV. Vous devez également vous connecter régulièrement à l’application Coople Jobs et refuser les emplois qui ne vous conviennent pas. Ils pensaient que s’ils refusaient des emplois, ils ne recevraient plus de demandes. En général, je dirais que les jeunes générations ont tendance à abandonner trop vite et devraient essayer plus longtemps.»


Quel est votre message pour les entreprises ?

«Ce serait bien que les responsables sur place soient toujours informés de l’arrivée des Cooplers. Parfois, je suis au lieu de rencontre et personne ne sait que je viens travailler. Cela ne donne pas une bonne impression. Ce n’est que parce que j’ai déjà beaucoup d’expérience que je sais ce que je dois faire dans de telles situations et comment je peux me renseigner pour finalement arriver là où je dois travailler. Mais cela peut être très déstabilisant pour de nouveaux Cooplers.

Je trouve aussi le code QR pour le check-in et le check-out très cool, mais malheureusement il y a beaucoup d’entreprises qui ne l’utilisent pas encore ou pas correctement.

Mais il est toujours agréable de ressentir une grande reconnaissance, car les entreprises n’ont eux-mêmes pas le temps de s’occuper des tâches des Cooplers. Les employés et les responsables sur place sont très reconnaissants, cela donne un bon sentiment. J’apprécie aussi le fait que je puisse la plupart du temps décider de la manière dont je fais mon travail.»


Quel est votre souvenir préféré lors des dix dernières années passées avec Coople?

«Il y en a plusieurs. Mais la mission la plus impressionnante a probablement été de pouvoir travailler au bar de l’Open Air de Gampel. C’était incroyable la quantité de bière que nous avons servi. L’ambiance, la musique et les visiteurs étaient tout simplement géniaux et c’était extrêmement cool de pouvoir faire partie d’un tel événement. Il y avait environ 10 000 à 12 000 personnes sur place! A part ça, j’aime toujours beaucoup les missions dans la promotion.»