Révolutionner le monde du travail: discussion avec Anthony Vaslin

Anthony Vaslin Coople Chief Operating Officer

C’est un parcours merveilleux et inattendu qui a conduit Anthony Vaslin là où il est aujourd’hui. Ce Parisien d’origine, qui a un temps envisagé une carrière professionnelle de taekwondo, a finalement décidé d’intégrer le monde de la finance et d’épouser une carrière qui, depuis, l’a fait voyager en Europe et en Asie. Après avoir rejoint Coople en janvier 2018 en tant que Managing Director Suisse, il est rapidement devenu Chief Operating Officer. Aujourd’hui, il voyage régulièrement entre Zurich, Londres et Minsk pour vérifier le bon fonctionnement des activités de l’entreprise. Nous lui avons récemment demandé son point de vue sur l’avenir du travail, les défis sur le lieu de travail, et les qualités qu’il recherche lorsqu’il recrute des talents pour son équipe.

Félicitations pour votre promotion récente au poste de COO! Pouvez-vous nous en dire plus sur vos nouvelles fonctions?

Merci! L’une de mes principales priorités consiste à harmoniser les activités de Coople sur l’ensemble des départements. Comme vous le savez, nous sommes présents en Suisse et au RU. En tant que Managing Director, je me concentre exclusivement sur le développement de nos activités en Suisse. Dans le cadre de mes nouvelles fonctions, mon objectif est de tirer profit de l’expertise et des meilleures pratiques de nos deux sites, et de rapprocher nos équipes de Londres et de Zurich. Combler ce fossé nous permet non seulement de gagner en efficacité en interne, mais également d’ouvrir davantage d’opportunités lorsque nous travaillons ensemble avec des marques et entreprises d’envergure internationale.

Avant de rejoindre Coople, vous travailliez chez ricardo.ch, le plus grand site de commerce en ligne suisse. Qu’est-ce qui vous a décidé à franchir le pas?

En fait, j’étais plutôt heureux de travailler chez ricardo.ch, mais j’ai vu avec Coople une opportunité de faire quelque chose d’inédit: écrire un nouveau chapitre dans l’avenir de l’emploi. Cette incertitude et cette nouveauté m’ont vraiment motivé. À ce stade, j’avais passé plus de quatre ans chez ricardo.ch, j’ai assisté à son rachat par Tamedia, et j’ai contribué à la mise en œuvre de la vision du nouveau propriétaire. De ce point de vue, j’ai contribué à l’héritage de ricardo.ch, et j’étais heureux de commencer un nouveau chapitre dans ma carrière personnelle.

«Chez Coople, j’ai vu l’opportunité d’écrire le nouveau chapitre de l’avenir du travail.»

Et en parlant de commerce, quel est, selon vous, le défi principal à relever aujourd’hui sur les marchés du travail suisse et britannique?

Je ne limiterais pas cet enjeu à la Suisse ou au Royaume-Uni: je pense qu’il s’agit au moins d’un problème paneuropéen. La manière actuelle de travailler est un concept qui a été défini il y a très longtemps, et nous commençons à percevoir un décalage entre cette définition obsolète et la manière dont les gens veulent travailler. Notre monde a énormément changé au cours des dernières décennies, au point que nous n’avons plus nécessairement besoin de construire nos vies autour de notre travail. Les générations les plus jeunes sont les premières à s’en rendre compte: elles veulent que leur travail s’adapte à leur manière de vivre. C’est pourquoi je pense que nous devons réconcilier ces deux manières de penser.

Justement, comment pensez-vous que la manière dont nous travaillons va évoluer au cours des années et décennies à venir?

Si cette nouvelle façon de penser le travail prend racine, il est concevable, à l’avenir, que nous ayons deux ou trois emplois en une semaine. Cela peut sembler effrayant, mais imaginons le scénario suivant: les lundis et mardis, vous travaillez pour un détaillant à Zurich. Mais comme la météo est plus clémente dans le sud et que vous avez besoin de soleil, vous décidez de partir à Lugano et de trouver un service dans un restaurant pour le mercredi et le jeudi. Vous terminez ensuite la semaine à Londres, où habitent vos amis. Là, vous décidez de prendre un ou deux services en tant que serveur ou serveuse pour vous faire un peu d’argent de poche en plus. Vous avez le contrôle sur l’endroit où vous travaillez, la manière dont vous travaillez, et les emplois que vous souhaitez faire. Indubitablement, il nous reste du chemin à faire pour parvenir à rendre ce processus possible, flexible, simple, pratique et sûr, et il reste encore à changer les mentalités sur cette nouvelle façon de travailler. Cependant, je pense que cela deviendra la manière la plus plébiscitée de travailler dans les décennies à venir.

«Pour moi, une caractéristique prime sur les autres, et elle est aussi la plus difficile à évaluer: l’attitude.»

En tant que COO, vous avez sans doute une longue expérience dans le management d’équipe et le recrutement d’employés. Quelles sont les caractéristiques que vous recherchez lorsque vous recrutez un membre d’équipe potentiel?

Pour moi, une caractéristique prime sur les autres, et elle est aussi la plus difficile à évaluer: l’attitude. L’expérience et les compétences sont importantes, mais elles peuvent être acquises au fil du temps. De plus, vous pouvez toutes les indiquer sur un CV: ce que l’on ne peut pas évaluer aussi clairement, c’est l’attitude d’une personne. D’ailleurs, en tant que personne qui recrute, je suis parfois tout aussi impatient d’aller à un entretien que la personne à qui je vais le faire passer. Ce que j’essaie de faire, c’est de constituer des équipes dont les membres aiment travailler ensemble, et qui aborde leur travaille avec la bonne attitude.

Enfin, pour ceux et celles qui recherchent à faire progresser leur carrière, que pouvez-vous nous dire sur ce qui vous a aidé à arriver où vous êtes aujourd’hui?

Je dirais que ce qui m’a vraiment aidé, c’est de ne pas avoir un plan trop précis en tête. J’ai toujours été ouvert aux nouvelles expériences et ai essayé d’être enthousiaste. Je suis entièrement convaincu que si vous faites du bon travail et que vous gardez une perspective optimiste, cela vous mènera loin, quelle que soit votre destination. La recette d’une carrière réussie repose sur quelques ingrédients essentiels: ouverture d’esprit, enthousiasme, et détermination.